Avec en prime une belle amende de 290 millions de dollars

Alors que l’on pensait que seule la Commission européenne avait la possibilité d’en faire voir de toutes les couleurs à Microsoft, voilà qu’un juge du Texas vient purement et simplement d’interdire la vente de Word, logiciel de la suite Office, dans tout le territoire des États-Unis. La raison ? Une utilisation très personnelle du XML dans certains formats de données.

S’il est un domaine où Microsoft se sera décidément fait remarquer de manière négative, c’est clairement celui des formats de données. Les formats binaires ont fait grincer des dents pendant des années, obligeant régulièrement les entreprises à passer à la version supérieure d’Office pour maintenant la compatibilité avec l’extérieur. La sortie d’Office 2007 a grossi le débat avec l’arrivée des formats OOXML, et la certification ISO de ces derniers a provoqué de très nombreux remous.

Le problème vient d’un brevet déposé en 1994 et octroyé en 1998 à la société i4i. ce brevet décrit des techniques de lectures de documents XML. Or, Microsoft a intégré dans ses formats des données personnalisées qui, bien qu’utilisant XML, ne sont lisibles ensuite que par Word. En conséquence, le juge Leonard Davis, de l’U.S. District Court for the Eastern District of Texas, a interdit la vente aux états-unis toutes les versions de Word capables de lire les documents XML, DOCX et DOCM, c’est-à-dire les moutures 2003 et 2007

L’injonction est permanente et s’accompagne d’une amende de 290 millions de dollars. Microsoft a 60 jours pour se mettre en règle en modifiant ses logiciels de manière à ne plus utiliser de codes personnalisés. La firme a bien entendu annoncé qu’elle faisait appel de la décision.

Il est intéressant de remarquer que le nom de la firme qui détient le brevet, i4i, se prononcerait en équivalent français en « œil pour œil ».

via Word interdit de vente aux États-Unis, Microsoft fait appel – PC INpact.