[MPX] – Plusieurs pointeurs et/ou claviers sur un même écran

À l’heure ou se développe de plus en plus le Multitouch, cette façon d’interagir avec les écrans tactiles, Peter Hutterer innove en matière de travail collaboratif en permettant la gestion de plusieurs pointeurs et/ou claviers sur un même poste.

Cette technologie, MPX (Multi-Pointer X), fait désormais parti du projet X.org est doit y être intégré dans la version 7.5. Celle-ci permettra d’obtenir un focus différent pour chaque pointeur et/ou clavier.

Ainsi, il sera possible de faire travailler plusieurs personnes sur un seul poste en y ajoutant écran, clavier et souris pour chacun. Mais il est également possible de cette manière d’intervenir à plusieurs sur un même écran sans se marcher dessus avec le pointeur.

via [MPX] – Plusieurs pointeurs et/ou claviers sur un même écran : La Linuxerie.

Étiquettes: , , , ,

Utiliser intelligement la barre d’adresse de Firefox

Pour effectuer des recherches, sous Firefox, il est possible de passer par la barre de recherche à droite mais pourquoi ne pas profiter pleinement du potentiel de la barre d’adresse ?
Il est en fait possible d’associer des mots clé en fonction des sites sur lesquels vous souhaités effectuer des recherches.
Pour pouvoir utiliser cette fonctionnalité, rien de plus simple. Il suffit de se rendre sur le site désiré puis un clic droit sur le champs de recherche puis:

Ajouter un mot clé pour cette recherche.

Un exemple simple, si vous souhaitez pouvoir effectuer des recherches directement sur mon blog depuis votre barre d’adresse, rendez-vous sur la page d’accueil puis clic droit sur le champs de recherche

Associez y le mot clé LA.

Ensuite, saisissez par exemple dans votre barre d’adresse:

LA firefox

Vous vous retrouvez directement sur la page de résultats de votre recherche sur ce blog.

Vous pouvez ainsi rajouter les outils de recherche de vos sites préférés afin d’effectuer directement vos recherches sur ceux-ci et gagner du temps. Ainsi, gg pour google, wk pour wikipedia, pl pour planete-libre, … permettent des recherches bien plus simples.

Étiquettes: , , , ,

Découper et reconstituer des fichiers

Vous connaissez sans doute la commande permettant de reconstituer un fichier (texte ou binaire) à partir de ses différents fragments:

cat fichier* > fichier

(où fichier est découpé par exemple en fichier001, fichier002…)

Mais savez vous comment le découper ? Il faut utiliser pour cela la commande split:

split -b 5MB fu.bar fu.bar « . »

Cette commande va découper notre fichier fu.bar en morceaux de maximum 5MB, intitulés fu.bar.aa , fu.bar.ab,…ainsi de suite

On peut rajouter quelques options intéressantes:

-b permet de spécifier le nombre de caractères des suffixes

-d permet d’utiliser des suffixes numériques

on peux aussi changer l’unité de taille du fichier.

split -a 3 -b 20kB -d fu.bar fu.bar ». »

ls

fu.bar.001 fu.bar.002 fu.bar.003

Utile pour envoyer un fichier un peu gros par mail ! (enfin plusieurs mails…)

via Découper et reconstituer des fichiers – Servez-vous.

Étiquettes: , ,

Activer sa carte WiFi sous Linux

Sur certains ordinateurs portables sont installées des cartes WiFi qui doivent être activées via un logiciel. Typiquement ces portables sont installés avec Windows Vista et un petit utilitaire (accessible via une combinaison de touche Fn + F1) permet d’activer cette carte.

Il survient alors un problème lorsque l’on installe un système Linux sur ces portables, comment activer la carte WiFi?

Afin de résoudre ce problème, en fonction de la carte, il faudra éventuellement installer un pilote spécifique si celui-ci existe mais également le module acerhk qui va gérer les boutons d’actions mais également les interactions avec le BIOS de la machine.

Il suffit ensuite d’utiliser une commande ACPI afin d’activer ou de désactiver la carte:

sudo modprobe acerhk

echo 1 > /proc/driver/acerhk/wirelessled

Ces commandes permettent de charger le module acerhk puis d’activer la carte.

Pour la désactiver:

echo 0 > /proc/driver/acerhk/wirelessled

Il est également possible d’activer la carte automatiquement au démarrage pour ceux qui le souhaitent:

Il suffit de placer ce script dans /etc/init.d/wifi:

:
case $1 in
start|on)
modprobe acerhk && echo 1 > /proc/driver/acerhk/wirelessled
;;
stop|off)
echo 0 > /proc/driver/acerhk/wirelessled
;;
restart)
$0 stop
$0 start
esac

exit 0

Il faudra ensuite le lancer automatiquement à chaque démarrage via

update-rc.d -f wifi default

La carte en question est ici une Athéros (AR242x, AR5007EG). Cependant cette manipulation permettant d’activer un périphérique via le BIOS du PC, elle doit être applicable à de nombreuses autres cartes réseaux WiFi, Bluetooth, …

Étiquettes: , , , ,

Full Circle Magazine

Pour tous ceux qui s’interressent à Linux, il existe un magazine gratuit dédié aux systèmes d’exploitations Linux de la famille Ubuntu, le Full Circle Magazine. Chaque mois celui-ci présente de nouveaux tutoriels et des remarques d’utilisateurs.

Pour compléter mon article précédent sur l’installation de Linux sur une machine virtuelle, je tiens à signaler qu’un tutoriel complet et bien plus clair que le mien est présent dans le numéro 26 du Full Circle Magazine. Numéro que vous pouvez retrouver gratuitement et même visionner en ligne et en français grâce à l’équipe de traduction du Full Circle Magazine et à Paul Kocialkowski qui a développé cette visionneuse de PDF en ligne, en AJAX (Javascript, Html, Css) afin de supprimer la visonneuse en flash précedemment mise en place.

Site du Full Circle Magazine (en anglais)

Site français du Full Circle Magazine

Étiquettes: , ,

Tuto: Utiliser VirtualBox afin de découvrir Linux

Suite à certaines demandes, j’ai décidé de rédiger ce tutoriel afin de permettre à tous ceux qui n’osent pas installer directement une distribution Linux sur leur poste, soit par appréhension, soit parce qu’ils n’y sont pas autorisés.

Afin de tester sans risque l’installation d’une distribution Linux et ensuite son utilisation, l’idéal est de créer une machine virtuelle. Nous allons voir ici comment créer cette machine virtuelle à l’aide de VirtualBox et y installer une distribution Linux, ici Ubuntu que je conseille aux débutants comme aux autres.

Récupération et installation de VirtualBox:

Lien vers la page de téléchargement de VirtualBox (VirtualBox est gratuit), cliquez ici

Si vous êtes sous Windows,

Sélectionner la version du programme pour Windows

Une fois cet exécutable récupéré, il suffit de cliquer dessus pour lancer l’installation de VirtualBox. Dans la plupart des cas, les réglages par défaut suffisent, cliquez donc sur suivant jusqu’à la fin de l’installation.

Si vous êtes sous Linux, installer simplement le paquet Virtualbox-ose via votre gestionnaire de paquet habituel.

Et voilà, VirtualBox est installé. Nous allons pouvoir commencer à créer notre machine virtuelle.

Création d’une machine virtuelle:

Les manipulations sur Linux et Windows sont pratiquement les mêmes, aussi je vais plutôt détailler la manipulation pour un Windows puisque ce tutoriel est avant tout à destination de ce système d’exploitation.

Lancer VirtualBox (accessible dans le menu Démarrer)

Nous allons créer une nouvelle machine en cliquant sur Nouveau

Écran principal VirtualBox

Un assistant se lance, cliquez sur suivant

L’écran suivant vous demande le nom à donner à cete machine virtuelle et demande le type de système d’exploitation afin de faciliter le reste de la configuration. Une fois rempli, cliquez sur suivant

Sélection du système - Virtualbox

L’écran suivant vous indique une valeur par défaut pour la mémoire vive à utiliser. Si vous ne savez pas ce qu’est la mémoire vive, laissez les réglages par défaut.

Taille mémoire vive - VirtualBox

Vient ensuite la création d’un disque dur virtuel afin d’accueillir le futur système d’exploitation. Une valeur vous est recommandée, si vous disposez de suffisamment d’espace sur votre disque dur, vous pouvez mettre cette valeur. Sinon, pour les distributions Linux récente, comptez environ 5Go d’espace nécessaire avec l’installation complète.

Choisir de préference une image disque à taille dynamique afin d’économiser de la place sur votre disque dur physique.

Image disque dynamique - VirtualBox

Choisir la taille souhaitée

Taille du disque dur virtuel - VirtualBox

Valider la création du disque virtuel

Vous arrivez ensuite sur un récapitulatif qu’il suffit de valider par « Terminer ».

Votre machine virtuelle est à présent crée et prête à recevoir son système d’exploitation.

Installation du système d’exploitation sur la machine virtuelle:

Avant de procéder à l’installation du système d’exploitation, sous quelle forme avez-vous votre distribution Linux ?

Un CD, une disquette ou une image ISO, pas de problème, voyons comment dire à VirtualBox d’utiliser ces données:

Sélection de la source d'installation - VirtualBox

Cliquez sur « Disque optique »

Sélection de la source - VirtualBox

Cochez l’option correspondante et le cas échéant, sélectionner votre image iso.

Lancer la machine virtuelle - VirtualBox

Nous pouvons maintenant procéder à l’installation du système. Pour ce, il faut Lancer la machine virtuelle.

S’il s’agit d’une installation d’Ubuntu, suivez simplement les indications présentés à l’écran d’installation.

Une fois au niveau du partitionnement du disque dur, vous pouvez le laisser effectuer un partitionnement automatique et valider.

Cela n’affectera en rien votre disque dur physique.

Une fois les différentes étapes validées, l’installation va se terminer toute seule sans nécessiter votre attention.

L’installation sera terminée lorsque le système vous demandera de redémarrer. Pensez bien alors à redémarrer la machine virtuelle et non la machine physique.

Au démarrage suivant, vous pouvez vous connecter via les informations de connexion que vous avez saisi lors de l’installation.

Votre système est à présent installé et prêt à l’emploi, il ne vous reste plus qu’à le tester afin de vous convaincre de passer définitivement sous Linux !!!


Si ce tuto ne vous suffit pas, voici d’autres ressources intéressantes sur le sujet:

VirtualBox sur le site du zéro

Étiquettes: , ,

La détection d’intrusion

J’ai découvert ces derniers temps, les articles d’Antoine Benkemoun. Dans la série en cours, celui-ci présente les divers aspects de la détection d’intrusion. Aussi, trouvant ce sujet intéressant, j’ai décidé de publier ici les liens vers les différents articles de cette série.

Liste des articles:

Cette liste sera mise à jour en fonction de l’évolution des articles sur le site présenté, www.antoinebenkemoun.fr

Étiquettes: , , ,

Utiliser Xset pour modifier ses préférences utilisateur (graphique)

Xset est un outil très puissant permettant d’exécuter des actions sur l’environnement graphique.

Par défaut lors de l’utilisation de la commande xset, toute modification est perdue à la fin de la session graphique.

Si l’on désire utiliser l’une de ces actions de manière permanente, il faut selon les distributions, insérer ces commandes dans le fichier

~/.xinitrc ou ~/.xsession

Exemples d’utilisation:

Gestion de l’écran:

Forcer l’extinction de l’écran (utile pour gérer un écran déporté):

xset dpms force off

Le rallumer:

xset dpms force on

Faire clignoter la led « Scroll Lock » du clavier (à associer par exemple avec la reception d’un e-mail):

while(true); do xset led 3; sleep 1; xset -led 3; sleep 1; done;

xset led 3 //permet d’allumer la diode numéro 3, correspondant au Scroll Lock

xset -led 3 //permet d’éteindre cette même diode.

info La commande ci-dessus contient une boucle infinie, bien qu’inofensive, n’oubliez pas de l’arrêter via CTRL+C.

(Dés)Activer la sortie audio:

xset -b

xset b

Activer une police de caractère pour l’interface graphique:

xset fp+ /emplacement/de/la/police

xset fp rehash

(Dés)Activer la répétition automatique des touches du clavier:

xset r off

xset r on

xset -r [code_de_la_touche] // pour désactiver la répétition automatique sur une seule touche.

xset r [code_de_la_touche] // pour réactiver la répétition automatique sur cette touche.

info Ne pas taper la commande xset -r sous peine de voir le clavier et la souris réagir de manière incontrôlée.

info Veillez à tester vos commandes avant de les inscrire dans le fichier .xsession ou .xinitrc. Une fois dans ce fichier, elles seront exécutées à chaque ouverture de session graphique. En cas d’erreur (notamment concernant la gestion du clavier), il vous faudra donc passer par un TTY (CTRL+ALT+F1) et modifier ce fichier via un éditeur en ligne de commande tel que Vim ou Nano.

Étiquettes: , , , , ,

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin