Thunderbird, éliminer les doublons

Lors de la récupération de messages sur un compte POP, il arrive de temps en temps des déconnexions. À ce moment là, il est possible que Thunderbird récupère à nouveau l’ensemble des messages.

Heureusement, il est possible d’éliminer ces doublons facilement.

Pour éliminer les doublons à la réception, il suffit de modifier un paramètre de Thunderbird:

Il suffit d’aller dans les options de Thunderbird (Édition => Préférences (sous Linux) et Outils -> Options (sous Windows)).
Cliquez ensuite sur l’icone “Avancé” puis sur le bouton “Éditeur de configuration” dans l’onglet “Général“.

editer - preferences

Vous aurez alors accès a toute une liste d’options (similaire au about:config de Firefox).
Cherchez celle qui se nomme mail.server.default.dup_action (en le tapant dans le filtre).

Faites un clique droit sur cette clé et changez la valeur en mettant le chiffre :

0 si vous voulez charger les e-mails en double comme d’habitude (valeur par défaut)
1 si vous voulez supprimer automatiquement (et directement) les e-mails en double dès qu’ils ont été réceptionnés.
2 si vous voulez mettre les e-mails en double à la corbeille
3 si vous voulez marquer les e-mails en double comme “Déjà lu”

Dans le cas ou vous auriez déjà de nombreux e-mails dupliqués dans votre boite mail, il existe une extension pour Thunderbird très simple d’utilisation:

Aller sur le site de l’extension, la télécharger et l’installer sous Thunderbird.

Une fois installée, il vous suffit d’utiliser le clic droit sur le répertoire souhaité puis cliquer sur « Suppression des messages dupliqués ».

Source de cet article: http://www.commentcamarche.net/forum/affich-4085763-thunderbird-enlver-doublon

Étiquettes: , ,

Utiliser Wp-codebox pour afficher du code sur WordPress

Petit mémo sur les balises à utiliser pour l’affichage de code avec coloration syntaxique via le plugin Wp-Codebox sous WordPress:

Download download.html
1
2
3
4
  <"pre" lang="html" line="1" file="download.html" colla="+">
    <p>Texte à afficher</p>
  </"pre">
  <!--(Ne pas mettre les guillemets autour de pre)-->

Liste des différentes options:

  • lang: Langage du code utilisé
  • file: Nom du fichier généré pour téléchargement
  • line: Ligne à partir de laquelle le contenu doit être affiché
  • colla: + pour maximiser par défaut, +/- pour minimiser par défaut

Seul le langage utilisé est obligatoire pour bénéficier de la coloration syntaxique fournie par le plugin. Les autres paramètres sont facultatifs.

Étiquettes: , ,

Réparer Ubuntu après un plantage lors d’une mise à niveau

Juste un petit tuto dérivé de la procédure de restauration de Grub présenté ici pour indiquer comment réparer son système Ubuntu via un live-cd après un plantage lors d’une mise à niveau (panne de courant, erreur lors de la mise à niveau, système corrompu, …). Ce tuto est une réponse au commentaire de Craco, cette procédure lui a permis de remettre son système en état et à jour.

  • Récupérer un live-cd (ou live-usb) d’Ubuntu dans la version dont vous avez lancé la mise à niveau (pour une parfaite compatibilité)
    • Ex: Mise à niveau d’Ubuntu 10.04 à 10.10, utiliser le live-cd de la version 10.10.
  • Démarrer votre PC sur le live-cd (choisir « Essayer Ubuntu sans rien installer »)

Une fois sur le bureau, ouvrir un terminal puis saisir les commandes ci-dessous:

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
#! /bin/bash
 
#Passer en root:
sudo -s
 
#Monter la partition système contenant Linux sur votre disque dur: (sudo fdisk -l donne la liste des partitions, remplacer sda1 par le nom de la partition contenant Ubuntu (si nécessaire)):
mount /dev/sda1 /mnt
 
#Monter /dev, /proc et copier les points de montages dans ce point de montage:
mount -o bind /dev /mnt/dev
mount -o bind /proc /mnt/proc
cp /proc/mounts /mnt/etc/mtab
 
#Se chrooter dans ce système:
chroot /mnt

A partir d’ici nous ne travaillons plus sur le live-cd mais sur votre propre installation d’Ubuntu, bien que si vous utilisez cette procédure c’est que votre système est déjà endommagé, veuillez être prudents dans les manipulations suivantes.

Nous allons maintenant lancer plusieurs commandes afin de réparer le système:

1
sudo dpkg --configure -a && sudo apt-get clean && sudo apt-get update && sudo apt-get dist-upgrade && sudo apt-get -f install

Cette commande (5 en 1, « && » permet de lancer plusieurs commandes à la suite les unes des autres) permet (dans l’ordre) de réparer la configuration du système, purger la liste des paquets en cache, mettre à jour la liste des paquets, relancer la mise à niveau vers 10.10 (ou supérieur) et réparer les paquets brisés (dépendances manquantes pour certaines applications).

Une fois cette série de commande exécutée avec succès, vous pouvez redémarrer votre poste, votre Ubuntu devrait à nouveau être opérationnel.

Étiquettes: , , ,

Ajouter un message textuel sur une série d’image

En utilisant ImageMagick, voici un petit script permettant de traiter un ensemble de photos avant leur utilisation sur un site web:

Vous pouvez installer ImageMagick via vos dépots habituel sur les différentes version de Gnu/Linux. Pour les utilisateurs sous Windows, une version est également disponible.

Il vous faudra en revanche adapter ce script puisque celui-ci étant écrit en BASH, il n’est utilisable directement sous Windows.

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
#! /bin/bash
# Ajout copyright (dans un nouveau répertoire) + création d'une copie des photos en 1024x683
if [ "${1}" ] && [ "${2}" ] ; then
  mkdir ${1}/1280;
  mkdir ${1}/1024;
  for i in $( ls ${1} | grep  JPG ); do
    convert -size 1280x853 -quality 100 -strip -interlace line xc:none -matte -pointsize 14 -draw "text 920,800 '${2}'" miff:- | composite -tile - ${1}/$i ${1}/1280/$i;
    convert ${1}/1280/$i -resize 1024x683 ${1}/1024/$i;
  done
else
  echo "usage:<${0}> <path/to/original/images> <texte_a_ajouter>"
fi

Ce petit script permet l’ajout d’un même texte sur toutes les images d’un répertoire (ici la taille originale est 1280×853, vous devez bien entendu adapter ce paramètres en fonction de la taille de vos images).

Une fois ce tag ajouté, il crée également une copie de ces images dans une plus faible résolution (ici 1024×683), celles-ci seront utilisées sur Internet pour un affichage dans une galerie par exemple, tandis que les images au format original ne seront affichées que si le visiteur souhaite une meilleure résolution. Cela évite que les visiteurs s’enfuient en attendant un temps de chargement trop long. De même, le dés-entrelacement (-interlace line) effectué permet à l’image de s’afficher progressivement évitant ainsi pour le visiteur une attente sans savoir si l’image se charge ou non.

Étiquettes: , , ,

Résultat du sondage – Pare-feu par défaut sur Ubuntu

Petit récapitulatif sur le sondage qui vient de se terminer:

Tout d’abord, je tiens à remercier ceux qui ont alimenter ce sujet au travers de leurs commentaires.
Avant de vous présenter les résultats, je tiens à préciser que ceux-ci ont été nuancés dans les commentaires de l’article en question. Aussi, je reviendrai sur divers éléments après l’affichage des résultats.

Si l’on tient compte uniquement des votes, voici ce que l’on obtient (pour un total de 715 votes):

Bien que ce graphique montre que la majorité des utilisateurs aimeraient disposer de la possibilité d’activer un pare-feu lors de l’installation, je me dois de nuancer ces résultats au vu des commentaires.

Ainsi, il est vrai qu’un pare-feu est déjà présent par défaut sous Ubuntu, il s’agit de Netfilter. Cependant, par défaut aucune interface graphique simple n’est installé pour le configurer et celui-ci n’est pas actif puisqu’aucune règle n’est configurée. Les outils intégrés pour configurer ce pare-feu sont les commandes Iptables et Ip6tables (pour IPv4 et IPv6).

Je pense qu’il n’est pas souhaitable que ce type d’application soit activée par défaut sans que l’utilisateur en soit averti mais le fait d’informer les utilisateurs et de leur proposer cette fonctionnalité me semble intéressant car bien que certains pensent que le fait de se trouver derrière un modem ou une « box » soit suffisant, tous ces équipements ne disposent pas forcément d’un pare-feu intégré et même dans le cas ou il y en a un, l’utilisateur ne sachant de quoi il s’agit le désactivera lorsqu’il rencontrera ou aura rencontré un problème, le fait d’informer l’utilisateur sur l’existence et le fonctionnement de cet outil lors de l’installation du système semble donc un bon compromis.

Au moins, la question « Est-ce qu’il y a un pare-feu configuré et actif par défaut sous Ubuntu ? » trouvera directement sa réponse lors de l’installation puisque j’ai pu remarquer que nombre d’utilisateurs pensaient disposer d’un parefeu configuré et actif par défaut après installation.

Certains pensent que cela rendrait l’installation plus compliquée en ajoutant un écran. Il est tout à fait envisageable de glisser une présentation du pare-feu lors de la copie des fichiers sur le disque. Ou encore d’intégrer cela dans une application de découverte du système qui se lancerait au premier login et pourrait être quitté directement pour ceux qui ne souhaitent pas visualiser ces données.

Étiquettes: , , , ,

Intégration d’un pare-feu lors de l’installation d’Ubuntu

Dans la cadre de la sécurisation des postes clients, je trouve dommageable qu’aucun pare-feu ne soit activé lors de l’installation de la distribution Ubuntu dans sa version Desktop.

L’utilisateur final n’étant pas forcement au courant de la présence ou non d’un logiciel de type pare-feu sur son poste, celui-ci ignore la plupart du temps à quoi sert celui-ci.

Il me semble donc judicieux de proposer lors de l’installation d’une distribution, l’activation d’un pare-feu avec une configuration de base relativement simple ainsi qu’une explication sur l’utilité de cet élément.

Je met ici à votre disposition un sondage afin de connaître la part d’utilisateur souhaitant la possibilité d’activation d’un pare-feu lors de l’installation.

Souhaiteriez vous l'activation d'un pare-feu lors de l'installation d'Ubuntu

  • oui (68%, 487 Votes)
  • non (32%, 228 Votes)

Nombre de votants: 715

Loading ... Loading ...

Merci de laisser vos avis sur la question en commentaire.

Étiquettes: , , , ,

Les alias bash

Un élément très pratique sous Gnu/Linux, ce sont les alias. Il s’agit de raccourcis personnalisés utilisés pour exécuter une ou plusieurs commandes.

Il est possible de définir un alias temporaire en utilisant la commande alias dans un terminal:

Ex: Créer un alias pour effectuer la mise à jour de votre distribution (base debian)

alias maj='sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade'

Il suffit ensuite de taper maj dans votre terminal pour effectuer la mise à jour. Cependant, à la fermeture de ce terminal, votre alias sera perdu.

Pour conserver cet alias de façon permanente, il existe des fichiers de configuration dans votre répertoire personnel (/home/user/).

Les fichiers qui nous intéressent ici sont les fichiers ~/.bashrc et ~/.bash_aliases. Pour chaque utilisateur il est possible de définir des fichiers .bashrc et .bash_aliases différents puisque ceux-ci se trouvent à la racine du répertoire de chaque utilisateurs et sont rechargés à chaque ouverture de sessions.

Dans le fichier .bashrc, nous allons simplement dé-commenter certaines lignes afin de permettre l’utilisation du fichier .bash_aliases:

if [ -f ~/.bash_aliases ]; then
. ~/.bash_aliases
fi

Si le fichier ~/.bash_aliases n’existe pas, nous allons le créer et y ajouter les alias que nous voulons de façon permanente:

Ex: Réglage de l’encodage pour les TTY, mise à jour, lancement de vlc avec un fichier de config de chaines TV:

alias ttyfont='setfont /usr/share/consolefonts/Lat15-VGA8.psf.gz'

alias maj='sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade'

alias tv='vlc ~/.vlc/chaines.conf'

Il ne vous reste plus qu’à enregistrer le fichier et à recharger votre shell en tapant la commande:

. .bashrc

Le double . n’est pas une erreur de frappe.

Maintenant, à vous de créer vos propres alias. Si vous en avez d’intéressants à proposer, soumettez les en commentaire, s’il y en a suffisamment, je les compilerai afin de proposer un fichier d’alias utile à tous.

Étiquettes: , , ,

Désactiver IPV6 sous Ubuntu 10.04

Le protocole IPv6 étant encore très peu utilisé, notamment dans les réseaux domestiques, celui-ci peut être porteur de faille de sécurité pour votre système puisque les pare-feux actifs en général ne gèrent que les connexions IPv4.

Attention, je n’ai pas dit qu’il n’existe pas d’outil pour gérer les connexions en IPv6, simplement les outils diffèrent. Par exemple Iptables et utilisé pour IPv4 alors qu’il faudra utiliser Ip6tables pour gérer les flux en IPv6.

Ainsi si vous n’utilisez pas d’IPv6, autant désactiver cette fonctionnalité, votre poste n’en sera que mieux protégé.

J’indique ici les manipulations pour le système Ubuntu puisque testé sous celui-ci, cependant, sous tout autre système Gnu/Linux, la manipulation doit s’avérer très proche de celle-ci (attention cependant aux emplacements de fichier qui peuvent varier).

Pour désactiver le support IPv6 dans Ubuntu, selon votre version, vous avez plusieurs possibilités:

Version d’Ubuntu < 9.10 (kernel < 2.6.31):

Ajoutez à la fin du fichier /etc/modprobe.d/blacklist.conf la ligne:

blacklist ipv6

Version d’Ubuntu ≥ 9.10 (kernel ≥ 2.6.31):

Il va falloir passer par une modification du Grub (le chargeur de démarrage)

La modification des paramètres de Grub peut empêcher votre système de démarrer, prenez garde à ne pas modifier n’importe quel argument dans le fichier indiqué.

sudo vim /etc/default/grub

Modifier:

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT=”quiet splash”

en

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT=”ipv6.disable=1 quiet splash”

Puis valider en mettant à jour grub via la commande suivante:

sudo update-grub

Il suffit ensuite de redémarrer votre système pour que cette modification soit prise en compte.

Pour vous assurer que IPv6 est désactivé, tapez dans un terminal:

ip a | grep inet6

Sans retour de cette commande, IPv6 est bien désactivé.

Quelques outils pour configurer plus facilement vos firewall:

Étiquettes: , , , , ,

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin