Messages étiquettés windows

Accès à un lecteur réseau depuis Apache

Nos données étant de plus en plus souvent stockées sur des supports distants, il peut être nécessaire de donner accès à un lecteur réseau à notre serveur Apache.

Cette opération se révèle extrêmement facile sur un système Gnu/Linux puisqu’il suffit de créer un point de montage sur le système et d’autoriser son accès via la configuration d’Apache:

Monter le lecteur réseau automatiquement via fstab (y ajouter la ligne suivante):

//192.168.0.10/apache /mnt/netdrive smbfs rw,user,uid=1000,gid=1000,credentials=/etc/samba/pub.cred 0 0

user = n’importe quel utilisateur peut monter et démonter le partage
uid,gid = à qui appartient le partage (par défaut root.root avec les droits 755 donc un utilisateur ne peut écrire par défaut dans le partage)
credentials = on met pas l’utilisateur et le mot de passe en clair dans fstab mais dans un fichier /etc/samba/pub.cred (protégé en lecture lui)

le fichier pub.cred contient:
username=Domain\Apache
password=motdepasseassocie

source: Monter un partage Samba avec fstab de Jérome Hanoteau

Configurer les droits d’accès depuis Apache (/etc/apache2/sites-available/default ou autre), il faut ajouter les lignes suivantes (à adapter) entre les balises VirtualHost souhaitées:

1
2
3
4
5
6
7
Alias /netdrive/ "/mnt/netdrive/"
<Directory "/mnt/netdrive/">
    Options -Indexes MultiViews FollowSymLinks
    AllowOverride None
    Order allow,deny
    Allow from all
</Directory>

En revanche sous Windows, impossible d’accéder à un lecteur réseau depuis Apache avec une configuration par défaut. Et pour cause, par défaut le serveur Apache est lancé en tant que service par l’utilisateur « System », or cet utilisateur ne peut accéder aux partages réseaux.

La solution apparait donc simplement, il suffit de modifier le compte avec lequel le serveur Apache est lancé. Il faut remplacer l’utilisateur « System » par un utilisateur du domaine ayant les droits nécessaires sur les répertoires concernés. Pour la suite nous utiliserons donc l’utilisateur « domain\Apache ».

Les étapes:

  • Win+R
  • Services.msc
  • Clic droit sur « Apache »
  • Onglet « Log on »
  • Modifier le compte comme sur l’image ci-contre
  • Valider
  • Ajouter les droits sur les répertoires nécessaires au fonctionnement d’Apache pour cet utilisateur:
    • C:\Program Files\Apache Software Foundation\Apache2.2
    • C:\Windows\temp

Pour ajouter les droits sur un répertoire, il faut effectuer un clic droit sur celui-ci puis « Propriétés » puis dans l’onglet « Security », ajouter l’utilisateur souhaité et lui donner les droits souhaités (lecture, écriture pour les répertoires locaux nécessaires à Apache, lecture et/ou écriture pour les lecteurs réseaux en fonction des besoins).

Il faut également effectuer cette opération sur les répertoires réseaux que l’on souhaite lui rendre accessible.

/!\ !!! Nous touchons ici à la gestion des droits d’accès, veillez à ne pas fournir trop de droits à cet utilisateur afin de limiter l’impact en cas d’erreur dans la configuration (utiliser un utilisateur de base de votre domaine et ne lui donner accès qu’aux répertoires nécessaires). !!! /!\

N’oublions pas de relancer le service Apache une fois ces modifications effectuées afin de valider le fonctionnement du serveur avec ce nouvel utilisateur.

Nous passons ensuite à la configuration d’Apache à proprement parler, comment rendre accessible ce fameux lecteur réseaux ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est impossible de dire à Apache d’utiliser un lecteur réseau identifié par une lettre. De même, la gestion des droits à ce répertoire doit se faire au niveau Windows et non dans la configuration d’Apache.

Ainsi au niveau de la configuration d’Apache lui-même, rien de spécial. Il est possible d’ajouter un alias pour faciliter les choses mais ce n’est pas obligatoire.

Alias /netdrive/ « //192.169.0.10/apache/ »

Il suffit ensuite d’utiliser soit le chemin réel, soit l’alias dans notre code PHP ou autre afin d’accéder à ces données.

Exemple:

Download test.php
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
<?php
// Affiche le contenu d'un fichier sur le réseau et déplace celui-ci
$rep = "//192.169.0.10/apache/";
$annee = date("Y");
$dest_rep = "//192.169.0.10/apache/$annee";
$dir = opendir($rep);
while ($f = readdir($dir))
{
   if(is_file($rep.$f))
   {
     echo $f;
     rename($rep.$f, $dest_rep.$f);
   }
}
?>

Étiquettes: , , , ,

Mise à jour de l’horloge via NTP

Dans certains cas, il peut être utile de forcer la mise à jour de l’horloge système via le protocole NTP

Voici donc une liste de serveurs NTP utilisables:

  • pool.ntp.org
  • ntp.internet-fr.net
  • ntp.ubuntu.com

Le premier étant un ensemble de serveurs, sa capacité à répondre devrait être meilleure que les autres.

Et voici comment ajuster l’horloge système sur l’un de ces serveurs:

Sous Linux:

La solution la plus simple est d’utiliser la commande ntpdate présente sur la plupart des systèmes Linux.

ntpdate pool.ntp.org

Sous Windows:

net time /setsntp:pool.ntp.org

Étiquettes: , , , , , ,

Tuto: Utiliser VirtualBox afin de découvrir Linux

Suite à certaines demandes, j’ai décidé de rédiger ce tutoriel afin de permettre à tous ceux qui n’osent pas installer directement une distribution Linux sur leur poste, soit par appréhension, soit parce qu’ils n’y sont pas autorisés.

Afin de tester sans risque l’installation d’une distribution Linux et ensuite son utilisation, l’idéal est de créer une machine virtuelle. Nous allons voir ici comment créer cette machine virtuelle à l’aide de VirtualBox et y installer une distribution Linux, ici Ubuntu que je conseille aux débutants comme aux autres.

Récupération et installation de VirtualBox:

Lien vers la page de téléchargement de VirtualBox (VirtualBox est gratuit), cliquez ici

Si vous êtes sous Windows,

Sélectionner la version du programme pour Windows

Une fois cet exécutable récupéré, il suffit de cliquer dessus pour lancer l’installation de VirtualBox. Dans la plupart des cas, les réglages par défaut suffisent, cliquez donc sur suivant jusqu’à la fin de l’installation.

Si vous êtes sous Linux, installer simplement le paquet Virtualbox-ose via votre gestionnaire de paquet habituel.

Et voilà, VirtualBox est installé. Nous allons pouvoir commencer à créer notre machine virtuelle.

Création d’une machine virtuelle:

Les manipulations sur Linux et Windows sont pratiquement les mêmes, aussi je vais plutôt détailler la manipulation pour un Windows puisque ce tutoriel est avant tout à destination de ce système d’exploitation.

Lancer VirtualBox (accessible dans le menu Démarrer)

Nous allons créer une nouvelle machine en cliquant sur Nouveau

Écran principal VirtualBox

Un assistant se lance, cliquez sur suivant

L’écran suivant vous demande le nom à donner à cete machine virtuelle et demande le type de système d’exploitation afin de faciliter le reste de la configuration. Une fois rempli, cliquez sur suivant

Sélection du système - Virtualbox

L’écran suivant vous indique une valeur par défaut pour la mémoire vive à utiliser. Si vous ne savez pas ce qu’est la mémoire vive, laissez les réglages par défaut.

Taille mémoire vive - VirtualBox

Vient ensuite la création d’un disque dur virtuel afin d’accueillir le futur système d’exploitation. Une valeur vous est recommandée, si vous disposez de suffisamment d’espace sur votre disque dur, vous pouvez mettre cette valeur. Sinon, pour les distributions Linux récente, comptez environ 5Go d’espace nécessaire avec l’installation complète.

Choisir de préference une image disque à taille dynamique afin d’économiser de la place sur votre disque dur physique.

Image disque dynamique - VirtualBox

Choisir la taille souhaitée

Taille du disque dur virtuel - VirtualBox

Valider la création du disque virtuel

Vous arrivez ensuite sur un récapitulatif qu’il suffit de valider par « Terminer ».

Votre machine virtuelle est à présent crée et prête à recevoir son système d’exploitation.

Installation du système d’exploitation sur la machine virtuelle:

Avant de procéder à l’installation du système d’exploitation, sous quelle forme avez-vous votre distribution Linux ?

Un CD, une disquette ou une image ISO, pas de problème, voyons comment dire à VirtualBox d’utiliser ces données:

Sélection de la source d'installation - VirtualBox

Cliquez sur « Disque optique »

Sélection de la source - VirtualBox

Cochez l’option correspondante et le cas échéant, sélectionner votre image iso.

Lancer la machine virtuelle - VirtualBox

Nous pouvons maintenant procéder à l’installation du système. Pour ce, il faut Lancer la machine virtuelle.

S’il s’agit d’une installation d’Ubuntu, suivez simplement les indications présentés à l’écran d’installation.

Une fois au niveau du partitionnement du disque dur, vous pouvez le laisser effectuer un partitionnement automatique et valider.

Cela n’affectera en rien votre disque dur physique.

Une fois les différentes étapes validées, l’installation va se terminer toute seule sans nécessiter votre attention.

L’installation sera terminée lorsque le système vous demandera de redémarrer. Pensez bien alors à redémarrer la machine virtuelle et non la machine physique.

Au démarrage suivant, vous pouvez vous connecter via les informations de connexion que vous avez saisi lors de l’installation.

Votre système est à présent installé et prêt à l’emploi, il ne vous reste plus qu’à le tester afin de vous convaincre de passer définitivement sous Linux !!!


Si ce tuto ne vous suffit pas, voici d’autres ressources intéressantes sur le sujet:

VirtualBox sur le site du zéro

Étiquettes: , ,

Regarder la TV/TNT sous Linux

Ayant un PC avec un écran, je me suis dit qu’une télévision n’avait aucun intérêt. J’ai donc acheté, il y a déjà quelques années, un tuner TNT pour PC (Techgear TV Xpress Stick T328B). Ayant déjà utilisé précedemment une carte satellite (dvb-s), j’ai utilisé au début le programme ProgDVB dans sa version gratuite sous Windows XP. Avec ce programme et une antenne caravane posé dans la pièce, j’arrivais avoir 12 chaines sur 18.

Seulement, ce programme n’existe pas sous Linux. J’ai donc recherché les différentes solutions disponibles ainsi que le moyen de mettre en œuvre l’ensemble. Il y a encore un an, il fallait compiler un pilote et effectuer un certain nombre de manipulations afin que le tuner soit reconnu sous Ubuntu.

Désormais, depuis la version 9.04 d’Ubuntu, ce pilote est intégré à la distribution. La clé est donc immédiatement reconnue.

Une fois la clé reconnue, il reste à determiner les programmes à utiliser.

Pour ma part, je trouve que le plus abouti est Kaffeine. Celui-ci permet d’effectuer la recherche automatique des chaines, d’effectuer des enregistrements instantanés ou programmés, d’afficher l’EPG et encore bien d’autres choses.

Ce que j’ai découvert récemment et que j’apprécie particulièrement dans ce programme, c’est la possibilité de regarder une chaine lorsque l’on enregistre une autre chaîne du même multiplex. Bien que cette clé soit un simple tuner, le fait que plusieurs chaines soient diffusées sur un même multiplex permet cela mais également l’enregistrement simultanné de plusieurs chaines d’un même multiplex.

Pour celà, il suffit de programmer un enregistrement sur une chaîne puis une fois cet enregistrement démarré, changer de chaîne, en mettre une parmi celles proposées (du même multiplex) puis lancer un enregistrement instantanné.

Avantages de Kaffeine:

  • Recherche automatique des chaines
  • EPG fonctionnel
  • Enregistrement d’une chaine tout en en regardant une autre
  • Multiples enregistrements simultannés

kaffeine

Bien que Kaffeine à été développé pour KDE, celui-ci fonctionne parfaitement dans d’autres intefaces graphiques. Je l’utilise personnellement sous Gnome et WMII (sous ArchLinux).

Voilà pour Kaffeine mais il m’arrive également, lorsque je veux regarder une seule chaine, d’utiliser Vlc via des alias sur les noms des chaines.

Voici la syntaxe à utiliser sous Vlc pour lire les chaines de la TNT:

vlc dvb:// –dvb-frequency=570000000 –dvb-adapter=0 –dvb-bandwidth=8 –program=261 -f

et voici la syntaxe avec l’alias me permettant de lancer cette chaine directement via la commande arte:

alias arte=’cvlc dvb:// –dvb-frequency=570000000 –dvb-adapter=0 –dvb-bandwidth=8 –program=261 -f »

cvlc est vlc sans l’interface de contrôle. Cela permet d’afficher uniquement la vidéo.

–dvb-frequency est la fréquence du multiplex utilisé

–dvb-adapter est l’identifiant du tuner TNT

–dvb-bandwith est la bande passante utilisé (8Mhz en France)

–program est le numéro du programme à afficher

-f permet de lancer la visualisation en plein écran

Il existe d’autres programmes permettant de regarder la TNT sous Linux tels que Xine, Mplayer, Freevo, MythTV, VDR ou XBMC.


Ressources annexes:

Étiquettes: , , , , , , ,

Restaurer Grub

Il arrive de temps en temps, notamment après la réinstallation d’un Windows sur un système en dual boot Linux / Windows que Grub soit effacé de la MBR (Zone d’amorçage du disque dur). Dans ces cas là, il faut procéder à la restauration de Grub.

Il faut lancer le système depuis un live-cd puis une fois lancé:

Passer en root:

sudo su -

Monter la partition système contenant Linux sur votre disque dur:

mount /dev/sda1 /mnt

Monter /dev, /proc et copier les points de montages dans ce point de montage:

mount -o bind /dev /mnt/dev

mount -o bind /proc /mnt/proc

cp /proc/mounts /mnt/etc/mtab

Se chrooter dans ce système:

chroot /mnt

À partir de ce moment, toutes les actions effectuées ne le sont plus sur le système du live-cd mais sur votre système installé sur le disque dur. Toute mauvaise manipulation peut s’avérer désastreuse pour votre système.

À partir d’ici 2 méthodes peuvent être utilisées, si la première ne fonctionne pas, la deuxième doit fonctionner à coup sûr.

Première méthode:

Cette méthode fonctionne relativement bien, elle est relativement simple et se résume à une ligne de commande

grub-install hd0

update-grub # vérifie la présence de l’installation de Grub et le met à jour

Deuxième méthode:

Lancer un shell Grub et y effectuer les différentes étapes nécessaires:

grub

grub> find /boot/grub/stage1 # recherche l’emplacement de grub

grub> root (hdx,y) #avec les donnees precedentes

grub> setup (hd0)

grub> quit

update-grub # vérifie la présence de l’installation de Grub et le met à jour

À la fin de chacune de ces 2 méthodes, il faut redémarrer afin de vérifier la prise en compte effective des modifications.

reboot


Il arrive également que ce soit le système Linux qui ne répond plus et dans ce cas, il peut être impossible d’utiliser Grub pour lancer Windows.

Dans ces cas là, il suffit de nettoyer la MBR

Cela peut se faire via une disquette de démarrage Windows 98 via la commande:

fdisk /mbr

Mais également depuis un cd de Windows 2000/XP en choisissant

Réparer une installation de Windows puis

Réparation manuelle

La commande à utiliser dans ce cas est

fixmbr

Confirmer l’action sur l’écran présenté en utilisant la touche o

Une fois effectué, le dual-boot n’existe plus et seul le système Windows est accessible.

Il ne reste plus qu’à réinstaller (ou réparer) votre système Linux en démarrant sur un live-cd.

Étiquettes: , , , , , ,

Installer une imprimante partagée sur Linux et Windows

Il arrive de plus en plus souvent d’avoir chez soi une imprimante installée sur un PC sous un système Linux et de vouloir rendre cette imprimante accessible directement depuis les autres postes du réseau, que ces machines soient sous Linux ou Windows.

Voici donc la marche à suivre dans ces deux cas de figure pour installer l’imprimante sur les autres postes sans utiliser Samba.

Au niveau du serveur:

L‘imprimante doit être activée et partagée. Elle doit être accessible depuis cups.

On peut le vérifier via un navigateur web à l’adresse

http://localhost:631/

Dans l’onglet imprimante, nous pouvons voir les caractéristiques des différentes imprimantes installées.

Au niveau des postes clients:

Sous Linux:

Ouvrir le gestionnaire d’imprimante

Ajouter une imprimante

-> Imprimante réseau

-> Imprimante IPP

Mettre l’adresse IP du serveur sur lequel est branché l’imprimante

Cliquer sur détecter la file d’attente

Séléctionner votre imprimante

Puis terminer l’installation

Votre imprimante est à présent installée.

Si vous ne pouvez ajouter une nouvelle imprimante, vérifier que cups soit bien actif, sinon l’installer ou le relancer

Sous Windows:

Sous Windows la manipulation est légèrement plus complexe puisque l’on ne peut saisir directement une adresse IP comme serveur d’impression.

Il faut donc éditer le fichier hosts de Windows et y faire figurer notre serveur d’impression:

edit c:/windows/system32/drivers/etc/hosts

-> 192.168.0.200 printserv

Il faut ensuite ajouter une nouvelle imprimante via le panneau de configuration.

Choisir imprimante réseau puis saisir l’url de l’imprimante

-> http://printserv:631/printers/Nom-de-l’imprimante

Le nom de l’imprimante est visible sous cups sur le serveur d’impression.

Une fois cette imprimante sélectionnée, il faut choisir le pilote:

Generique -> MS publisher color printer

Et voici une imprimante réseau installée sur un poste Linux et accessible sur les différents postes du réseau.

Étiquettes: , , , , , ,

Créer un DVD à partir d’un enregistrement DVB

Je mets ici la manipulation que j’utilise afin de graver des films enregistrés via un tuner TNT sous Ubuntu. Ceci est également valable pour les enregistrement effectués depuis une freebox.

L’ensemble de l’opération ne dure pas plus d’un demi-heure pour un film de 3h.

Les enregistrements sont ici réalisés sous Kaffeine qui est un logiciel de gestion multimédia (lecteur audio/vidéo). Ces enregistrements ne peuvent être gravés directement pour être lus sur un lecteur de salon puisque lors de la capture du flux, certaines images manquent.

Ce tuto donne les différentes étapes afin d’obtenir un véritable DVD à partir de cet enregistrement.

  • Les outils nécessaires:
  • ProjectX

    IfoEdit (Avec Wine, je n’ai pas encore trouvé d’équivalent aussi simple)

    Ces outils étant disponibles aussi bien sous Linux que sous Windows, ce tutoriel s’applique aux 2.

  • La manipulation:

ProjectX est une application qui permet d’effectuer de nombreux traitements sur des fichiers multimédias.

Nous allons l’utiliser ici pour supprimer les parties inutiles et démultiplexer le flux DVB.

Cliquer sur le + en bas à gauche pour sélectionner le(s) fichier(s) à traiter.

Déplacer le curseur jusqu’au début du film

Cliquer sur le + encadré en mauve (au milieu)

Placer ensuite le curseur au niveau des pubs puis cliquer à nouveaux sur + et ainsi de suite jusqu’à la fin du film.

Les parties vertes sont gardées, les autres seront supprimées.

Maintenant, cliquer sur ouvrir (à gauche, au milieu)

Cocher le bouton radio demux

Dans le menu préférences, l’onglet externe, choisir Version idd

Fermer la fenêtre de préférences

Lancer le traitement en cliquant sur play/pause

Interface du logiciel ProjectX

Interface du logiciel ProjectX

En sortie de ce traitement, on obtient 3 fichiers:

  • La vidéo .M2V
  • Le son .MP2
  • L’index .Idd

Maintenant, nous allons utiliser IfoEdit pour créer la structure du DVD:

Pour celà il faut créer un répertoire AUDIO_TS et un VIDEO_TS.

Lancer ensuite IfoEdit

Choisir Créateur DVD

Indiquer quel sont les fichiers vidéos et audios (voire même les sous-titres)

Indiquer le découpage en chapitre à effectuer (en nombre d’images)

Indiquer le répertoire VIDEO_TS comme flux de sortie.

Cliquer sur OK pour lancer le traitement.

Une fois ce traitement terminé, nous pouvons graver ce DVD vidéo via notre logiciel de gravure habituel (brasero, K3B, nero, …)

Étiquettes: , , , , , , ,

Limiter sa bande passante pour une application

Le logiciel trickle permet de limiter la bande passante disponible pour un programme ou un protocole.

Limiter sa bande passante avec trickle – Planet Ubuntu Francophone.

Pour répondre à la demande, il est également possible d’effectuer ce genre de limitation sous Windows à l’aide du logiciel NetFilter.

Je n’ai pas retrouvé le site officiel, si quelqu’un le connaît ou sait ce qu’est devenu ce programme, qu’il n’hésite pas à laisser un commentaire.

Étiquettes: , , , , ,

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin