Messages étiquettés linux

Tuto: Utiliser VirtualBox afin de découvrir Linux

Suite à certaines demandes, j’ai décidé de rédiger ce tutoriel afin de permettre à tous ceux qui n’osent pas installer directement une distribution Linux sur leur poste, soit par appréhension, soit parce qu’ils n’y sont pas autorisés.

Afin de tester sans risque l’installation d’une distribution Linux et ensuite son utilisation, l’idéal est de créer une machine virtuelle. Nous allons voir ici comment créer cette machine virtuelle à l’aide de VirtualBox et y installer une distribution Linux, ici Ubuntu que je conseille aux débutants comme aux autres.

Récupération et installation de VirtualBox:

Lien vers la page de téléchargement de VirtualBox (VirtualBox est gratuit), cliquez ici

Si vous êtes sous Windows,

Sélectionner la version du programme pour Windows

Une fois cet exécutable récupéré, il suffit de cliquer dessus pour lancer l’installation de VirtualBox. Dans la plupart des cas, les réglages par défaut suffisent, cliquez donc sur suivant jusqu’à la fin de l’installation.

Si vous êtes sous Linux, installer simplement le paquet Virtualbox-ose via votre gestionnaire de paquet habituel.

Et voilà, VirtualBox est installé. Nous allons pouvoir commencer à créer notre machine virtuelle.

Création d’une machine virtuelle:

Les manipulations sur Linux et Windows sont pratiquement les mêmes, aussi je vais plutôt détailler la manipulation pour un Windows puisque ce tutoriel est avant tout à destination de ce système d’exploitation.

Lancer VirtualBox (accessible dans le menu Démarrer)

Nous allons créer une nouvelle machine en cliquant sur Nouveau

Écran principal VirtualBox

Un assistant se lance, cliquez sur suivant

L’écran suivant vous demande le nom à donner à cete machine virtuelle et demande le type de système d’exploitation afin de faciliter le reste de la configuration. Une fois rempli, cliquez sur suivant

Sélection du système - Virtualbox

L’écran suivant vous indique une valeur par défaut pour la mémoire vive à utiliser. Si vous ne savez pas ce qu’est la mémoire vive, laissez les réglages par défaut.

Taille mémoire vive - VirtualBox

Vient ensuite la création d’un disque dur virtuel afin d’accueillir le futur système d’exploitation. Une valeur vous est recommandée, si vous disposez de suffisamment d’espace sur votre disque dur, vous pouvez mettre cette valeur. Sinon, pour les distributions Linux récente, comptez environ 5Go d’espace nécessaire avec l’installation complète.

Choisir de préference une image disque à taille dynamique afin d’économiser de la place sur votre disque dur physique.

Image disque dynamique - VirtualBox

Choisir la taille souhaitée

Taille du disque dur virtuel - VirtualBox

Valider la création du disque virtuel

Vous arrivez ensuite sur un récapitulatif qu’il suffit de valider par « Terminer ».

Votre machine virtuelle est à présent crée et prête à recevoir son système d’exploitation.

Installation du système d’exploitation sur la machine virtuelle:

Avant de procéder à l’installation du système d’exploitation, sous quelle forme avez-vous votre distribution Linux ?

Un CD, une disquette ou une image ISO, pas de problème, voyons comment dire à VirtualBox d’utiliser ces données:

Sélection de la source d'installation - VirtualBox

Cliquez sur « Disque optique »

Sélection de la source - VirtualBox

Cochez l’option correspondante et le cas échéant, sélectionner votre image iso.

Lancer la machine virtuelle - VirtualBox

Nous pouvons maintenant procéder à l’installation du système. Pour ce, il faut Lancer la machine virtuelle.

S’il s’agit d’une installation d’Ubuntu, suivez simplement les indications présentés à l’écran d’installation.

Une fois au niveau du partitionnement du disque dur, vous pouvez le laisser effectuer un partitionnement automatique et valider.

Cela n’affectera en rien votre disque dur physique.

Une fois les différentes étapes validées, l’installation va se terminer toute seule sans nécessiter votre attention.

L’installation sera terminée lorsque le système vous demandera de redémarrer. Pensez bien alors à redémarrer la machine virtuelle et non la machine physique.

Au démarrage suivant, vous pouvez vous connecter via les informations de connexion que vous avez saisi lors de l’installation.

Votre système est à présent installé et prêt à l’emploi, il ne vous reste plus qu’à le tester afin de vous convaincre de passer définitivement sous Linux !!!


Si ce tuto ne vous suffit pas, voici d’autres ressources intéressantes sur le sujet:

VirtualBox sur le site du zéro

Tags: , ,

Utiliser Xset pour modifier ses préférences utilisateur (graphique)

Xset est un outil très puissant permettant d’exécuter des actions sur l’environnement graphique.

Par défaut lors de l’utilisation de la commande xset, toute modification est perdue à la fin de la session graphique.

Si l’on désire utiliser l’une de ces actions de manière permanente, il faut selon les distributions, insérer ces commandes dans le fichier

~/.xinitrc ou ~/.xsession

Exemples d’utilisation:

Gestion de l’écran:

Forcer l’extinction de l’écran (utile pour gérer un écran déporté):

xset dpms force off

Le rallumer:

xset dpms force on

Faire clignoter la led « Scroll Lock » du clavier (à associer par exemple avec la reception d’un e-mail):

while(true); do xset led 3; sleep 1; xset -led 3; sleep 1; done;

xset led 3 //permet d’allumer la diode numéro 3, correspondant au Scroll Lock

xset -led 3 //permet d’éteindre cette même diode.

info La commande ci-dessus contient une boucle infinie, bien qu’inofensive, n’oubliez pas de l’arrêter via CTRL+C.

(Dés)Activer la sortie audio:

xset -b

xset b

Activer une police de caractère pour l’interface graphique:

xset fp+ /emplacement/de/la/police

xset fp rehash

(Dés)Activer la répétition automatique des touches du clavier:

xset r off

xset r on

xset -r [code_de_la_touche] // pour désactiver la répétition automatique sur une seule touche.

xset r [code_de_la_touche] // pour réactiver la répétition automatique sur cette touche.

info Ne pas taper la commande xset -r sous peine de voir le clavier et la souris réagir de manière incontrôlée.

info Veillez à tester vos commandes avant de les inscrire dans le fichier .xsession ou .xinitrc. Une fois dans ce fichier, elles seront exécutées à chaque ouverture de session graphique. En cas d’erreur (notamment concernant la gestion du clavier), il vous faudra donc passer par un TTY (CTRL+ALT+F1) et modifier ce fichier via un éditeur en ligne de commande tel que Vim ou Nano.

Tags: , , , , ,

Regarder la TV/TNT sous Linux

Ayant un PC avec un écran, je me suis dit qu’une télévision n’avait aucun intérêt. J’ai donc acheté, il y a déjà quelques années, un tuner TNT pour PC (Techgear TV Xpress Stick T328B). Ayant déjà utilisé précedemment une carte satellite (dvb-s), j’ai utilisé au début le programme ProgDVB dans sa version gratuite sous Windows XP. Avec ce programme et une antenne caravane posé dans la pièce, j’arrivais avoir 12 chaines sur 18.

Seulement, ce programme n’existe pas sous Linux. J’ai donc recherché les différentes solutions disponibles ainsi que le moyen de mettre en œuvre l’ensemble. Il y a encore un an, il fallait compiler un pilote et effectuer un certain nombre de manipulations afin que le tuner soit reconnu sous Ubuntu.

Désormais, depuis la version 9.04 d’Ubuntu, ce pilote est intégré à la distribution. La clé est donc immédiatement reconnue.

Une fois la clé reconnue, il reste à determiner les programmes à utiliser.

Pour ma part, je trouve que le plus abouti est Kaffeine. Celui-ci permet d’effectuer la recherche automatique des chaines, d’effectuer des enregistrements instantanés ou programmés, d’afficher l’EPG et encore bien d’autres choses.

Ce que j’ai découvert récemment et que j’apprécie particulièrement dans ce programme, c’est la possibilité de regarder une chaine lorsque l’on enregistre une autre chaîne du même multiplex. Bien que cette clé soit un simple tuner, le fait que plusieurs chaines soient diffusées sur un même multiplex permet cela mais également l’enregistrement simultanné de plusieurs chaines d’un même multiplex.

Pour celà, il suffit de programmer un enregistrement sur une chaîne puis une fois cet enregistrement démarré, changer de chaîne, en mettre une parmi celles proposées (du même multiplex) puis lancer un enregistrement instantanné.

Avantages de Kaffeine:

  • Recherche automatique des chaines
  • EPG fonctionnel
  • Enregistrement d’une chaine tout en en regardant une autre
  • Multiples enregistrements simultannés

kaffeine

Bien que Kaffeine à été développé pour KDE, celui-ci fonctionne parfaitement dans d’autres intefaces graphiques. Je l’utilise personnellement sous Gnome et WMII (sous ArchLinux).

Voilà pour Kaffeine mais il m’arrive également, lorsque je veux regarder une seule chaine, d’utiliser Vlc via des alias sur les noms des chaines.

Voici la syntaxe à utiliser sous Vlc pour lire les chaines de la TNT:

vlc dvb:// –dvb-frequency=570000000 –dvb-adapter=0 –dvb-bandwidth=8 –program=261 -f

et voici la syntaxe avec l’alias me permettant de lancer cette chaine directement via la commande arte:

alias arte=’cvlc dvb:// –dvb-frequency=570000000 –dvb-adapter=0 –dvb-bandwidth=8 –program=261 -f »

cvlc est vlc sans l’interface de contrôle. Cela permet d’afficher uniquement la vidéo.

–dvb-frequency est la fréquence du multiplex utilisé

–dvb-adapter est l’identifiant du tuner TNT

–dvb-bandwith est la bande passante utilisé (8Mhz en France)

–program est le numéro du programme à afficher

-f permet de lancer la visualisation en plein écran

Il existe d’autres programmes permettant de regarder la TNT sous Linux tels que Xine, Mplayer, Freevo, MythTV, VDR ou XBMC.


Ressources annexes:

Tags: , , , , , , ,

Mettre à jour son noyau Linux sans redémarrer avec ksplice

Pour tous ceux qui administrent des serveurs, un point critique est l’application des mises à jours notamment au niveau du noyau. En effet, certaines de ces mises à jours nécessitent un redémarrage du système. Une solution pour éviter de perturber les services fournis par ce serveur consiste à appliquer les mises à jours de sécurité du noyau à chaud via ksplice.

Un paquet deb est disponible ici. Celui-ci permet l’installation de cet outil sur Ubuntu 9.04 mais aussi sur Debian.

Ce paquet n’est pas issu des dépôts officiels Ubuntu, son installation et utilisation se fait donc à vos risques.

Tags: , , ,

Linux: Un exploit local permet de devenir root

Après la dernière vulnérabilité du noyau Linux ( voir la news de Victor ici ) on aurait pu espérer un peu de répit…mais c’est raté !

Deux membres du Google Security Team (Tavis Ormandy et Julien Tinnes) ont découvert une faille dans le noyau qui permet un exploit local (un simple utilisateur peut passer root).

Leur annonce avec les explications se trouve sur cette page et la correction du bug, par Linus en personne, a été postée ici.

Comme la dernière fois, Brad Spengler a repéré cette annonce de vulnérabilité sur la mailing-list Full disclosure et il a écrit un exploit qui l’utilise afin de prendre le contrôle de tous les anciens noyaux contenant la faille.

Son exploit est disponible à cette adresse : http://grsecurity.net/~spender/wunderbar_emporium.tgz

On peut y voir une petite vidéo (des gens qui jouent à la roulette russe…très symbolique 😉 et le code de l’exploit qui contient des commentaires sarcastiques du genre : « nice work Linus on trying to silently fix an 8 year old vulnerability, leaving vendors without patched kernels for their users ».

via Journal de patrick_g: Encore un trou de sécurité, encore Brad qui s’amuse….

Les versions du noyau Linux concernées:

  • Linux 2.4, de la version 2.4.4 à la version 2.4.37.4
  • Linux 2.6, de la version 2.6.0 à la version 2.6.30.4

Un patch à été publié par Linus Torwald, il est disponible ici.

Tags: , , ,

Récupérer des fichiers effacés sous Linux (Ubuntu)

Si parfois il vous arrive d’être un peu tête en l’air et de supprimer des fichiers sur votre PC Windows, il existe une foultitude de softs permettant de récupérer des fichiers (même ceux supprimés de la Corbeille).

Par contre, si vous êtes sous linux, comment faire ?

Aaaaah, n’ayez plus peur car il est aussi possible de récupérer simplement ce fichiers grâce à un outil en ligne de commande qui s’appelle Foremost et qui a été développé à l’origine pour le service d’enquête spéciales de l’US Air Force… (Allez, tous en choeur : « Waouuuuh »)

La récupération d’un fichier effacé part d’un concept simple… quand vous supprimez un fichier, c’est uniquement le pointeur vers celui-ci qui est cassé mais il n’est pas immédiatement re-écrabouillé par d’autres données. Le fichier est donc toujours physiquement présent sur le disque dur. Evidement, plus vous attendez avant de récupérer un fichier, plus celui-ci à de chance de disparaitre à jamais…

Je vais parler d’Ubuntu car c’est la distrib que j’utilise. Je ne sais pas comment ça se passe pour les autres distrib mais dans le principe, ça reste identique. Pour installer Foremost, vous devez activer les dépôts Universe et entrer la ligne de commande suivante (ou passer par Synaptic) :

sudo apt-get install foremost

Vous devez ensuite connaitre la partition sur laquelle vous voulez récupérer des fichiers (par exemple /dev/sda1)

Si vous voulez connaitre les fichiers qu’il est possible de récupérer sur votre partition, entrez la ligne de commande :

sudo foremost -w -i /dev/sda1 -o /recovery/foremost

Par exemple, pour récupérer des images jpg supprimées, il faut taper :

sudo foremost -t jpeg -i /dev/sda1

Foremost va alors créer un répertoire nommé « output » dans lequel il placera tous les fichiers récupérés. Evidement, si les images auront commencé à être écrasées, vous récupérerez des demi images mais c’est déjà ça…

Il existe évidement pleins d’autres options de récupération mais les ennoncer ici serait trop long (et je ne les maitrise pas toutes) mais je vous recommande de lire le man page de Foremost ici.

via Récupérer des fichiers effacés sous Linux (Ubuntu).

Tags: , , ,

Vérifier l’état d’un disque dur

Voici quelques méthodes basiques pour vérifier le bon fonctionnement d’un disque dur.

Les manipulations suivantes sont à effectuer sous Linux, un live-cd peut être utilisé.

Un test simple avec la commande dd:

dd est une commande permettant d’effectuer une copie bloc par bloc entre 2 supports.

dd if=/dev/sdx of=/dev/null

Une fois la copie terminée, si aucune erreur ne s’est affichée, votre disque dur fonctionne normalement.

Une vérification plus poussée avec badblocks (test de lecture uniquement):

sudo badblocks -s -v -c 10240 /dev/sdx

-s permet d’afficher l’état d’avancement

-v permet d’afficher toutes les erreurs

-c permet de déterminer la taille des blocs à tester.

Une fois le test effectué, il est indiqué le nombre de secteurs défectueux.

Ces tests permettent de mettre en évidence un problème physique au niveau du disque dur. Dans la plupart des cas cela est irrécupérable et indique la fin de vie de ce disque. Pensez donc à prévoir le remplacement de celui-ci.

Tags: , , ,

Gestion des tâches sous Linux

Sous Linux, que l’on administre un réseau ou que l’on n’ait qu’un pc, il peut être bien pratique de connaître les différentes façons de programmer des tâches. Une tâche pouvant être une série de commande. Il existe ainsi 2 outils principaux:

  • AT

La commande at permet de programmer une tâche ponctuelle, non-répétitive.

Elle fonctionne de la manière suivante:

at heure-d’exécution

> commande1

> commande2

> CTRL+D (pour quitter l’édition et lancer la tâche).

Il est également possible de lui faire exécuter une liste de commande en les plaçant dans un fichier texte via cette syntaxe:

at heure-d’exécution < /emplacement/du/fichier/de/tâches

  • CRONTAB

Une autre solution pour la gestion des tâches, notamment lorsqu’il s’agit de mettre en place des tâches répétitives, est l’utilisation de crontab.

Afin d’ajouter, une tâche, il faut éditer le crontab:

crontab -e

Cela permet d’ajouter des tâches en tant qu’utilisateur connecté. Pour ajouter des tâches à l’utilisateur root, ne pas oublier la commande sudo devant.

Il suffit ensuite d’ajouter une ligne correspondant à la syntaxe indiquée, soit:

minute heure jour-du-mois mois jour-de-la-semaine commande

exemple:

0,20,40 * 1 * * /usr/bin/firefox https://www.libre-astux.info

Cette tâche lancera donc firefox à l’adresse de ce blog toutes les 20 minutes le 1er jour de chaque mois.

Ne vous amusez pas à placer ceci dans votre crontab car je ne suis pas sûr que vous apprécierez de voir ce blog se rouvrir toutes les 20 minutes ! 😉

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la documentation d’ubuntu ici.

Pour ceux qui ne se sentiraient pas à l’aise avec la ligne de commande, il existe des utilitaires graphiques qui permettent de simplifier cette tâche.

L’un d’entre eux est gnome-schedule. Voir la documentation correspondante sur ubuntu.fr.

Tags: , , ,