Messages étiquettés réseau

Personnaliser un Live-cd (Ubuntu 9.10)

Je vous ai fait part, dans l’un de mes précédents articles, de mon intention de créer une distribution Live Ubuntu personnalisée orientée vers la récupération de données et le réseau. Voici donc la première étape, la personnalisation d’un Live-cd à partir de la version 9.10 d’Ubuntu, Karmic Koala.

Pour ceux qui ont l’habitude de ce genre de manipulations, je ne vais pas vous cacher que je me suis essentiellement servi de la documentation Ubuntu qui est d’ailleurs relativement complète à ce sujet. Vous retrouverez toutes les ressources utilisées en fin d’article. Ce tutoriel étant adapté à la personnalisation d’Ubuntu 9.10, certains éléments présentés ici ne sont pas encore dans la documentation officielle.

Récupération de l’image originale et création de la structure nécessaire:

mkdir /livecd

cd /livecd

mkdir iso squashfs

wget http://cdimage.ubuntu.com/releases/karmic/alpha-6/karmic-desktop-i386.iso

Montage et copie du contenu de l’iso:

mount -o loop karmic-desktop-i386.iso /cdrom

cp -av /cdrom/. iso

umount /cdrom

Suppression des éléments inutiles (présents pour Windows):

cd iso

rm Autorun.inf wubi.exe

rm -r pics

cd ..

Montage et copie du squashfs

infoC’est ici qu’intervient un premier problème, n’ayant pas installé Karmic Koala sur mon poste, je pensais tout de même pouvoir personnaliser le Live-cd en utilisant comme système hôte, Ubuntu 9.04. Or le squashfs présent sur Karmic Koala est en version 4, celui-ci est intégré au noyau Linux 2.6.31 et n’est pas rétrocompatible avec la version 3.3 présente dans les noyaux Linux plus anciens. Il est donc nécessaire d’utiliser un système hôte utilisant un noyau Linux >= 2.6.31. Ce qui m’a amené à effectuer toute la manipulation sur une machine virtuelle utilisant comme système le live-cd d’Ubuntu 9.10 lui-même.

Afin de compresser / décompresser le système squashfs, nous allons installer les outils nécessaires:

apt-get install squashfs-tools

Puis nous pouvons continuer la procédure:

mount -t squashfs -o loop iso/casper/filesystem.squashfs /cdrom

cp -av /cdrom/. squashfs

umount /cdrom

Préparation du chroot

mount –bind /proc squashfs/proc

mount –bind /dev squashfs/dev

mount –bind /sys squashfs/sys

cp /etc/resolv.conf squashfs/etc/resolv.conf

chroot squashfs

À partir de maintenant, nous allons effectuer des modifications directement sur le système en cours de personnalisation.

Mise à jour du système

Décommenter les lignes contenant universe dans /etc/apt/source.list afin d’activer les dépôts universe.

apt-get update

apt-get dist-upgrade

Une fois cette étape franchie, nous entrons dans le vif du sujet avec le choix des paquets à ajouter / supprimer. Les choix suivants correspondent à mes besoins, vous pouvez adapter les manipulations ci-dessous selon vos besoins.

Applications et ressources supprimées:

Suppression des langues, d’evolution et du paquet ubuntu-desktop(dépends d’evolution) afin d’alléger cette distribution.

apt-get remove –purge language* evolution pidgin ekiga

Le paquet ubuntu-desktop doit être réinstallé avant une mise à niveau vers une nouvelle distribution Ubuntu.

Applications et ressources ajoutées:

Ajout de la gestion du français et des outils sélectionnés:

apt-get install language-pack-fr language-pack-gnome-fr language-support-fr language-pack-kde-fr language-selector

apt-get install openssh-server x11vnc terminator localepurge

apt-get install foremost testdisk ntfsprogs gparted e2undel nfs-common

apt-get install thunderbird amsn iptux

Vérification des dépendances et nettoyage de la base des paquets disponibles et téléchargés:

apt-get -f install

apt-get autoremove

apt-get autoclean

apt-get clean

Sortie du chroot

rm /etc/resolv.conf

umount /sys

umount /dev

umount /proc

En cas d’erreur, ne pas en tenir compte, cela ne gênera pas la suite de la manipulation.

exit

De nombreuses autres modifications sont possibles sans rentrer dans le chroot, notamment tous ce qui concerne la modification de thèmes graphiques, les fichiers de configurations par défaut, …

Il est possible d’ajouter tout ce que l’on veut simplement en le copiant à l’endroit souhaité dans le répertoire squashfs.

Ainsi, afin de modifier plus facilement l’aspect graphique, le plus simple est de reconstruire l’iso puis de lancer celui-ci dans une machine virtuelle et d’effectuer les modifications souhaitées. Il suffira ensuite d’ajouter les fichiers modifiés au répertoire squashfs (au bon emplacement), par exemple dans squashfs/etc/skel pour que cela soit présent dans le home de tout utilisateur, puis reconstruire à nouveau l’iso.

Voici la manipulation permettant de reconstruire l’image iso:

Mettre le français en langue par défaut:

echo « fr » | sudo tee iso/isolinux/lang

Prise en compte de toutes les modifications:

chroot squashfs update-initramfs -k all -u

Reconstruire le système squashfs:

rm iso/casper/filesystem.squashfs

chmod a+w iso/casper/filesystem.manifest

chroot squashfs dpkg-query -W –showformat=’${Package} ${Version}\n’ > iso/casper/filesystem.manifest

chmod go-w iso/casper/filesystem.manifest

chmod a+w iso/casper/filesystem.manifest-desktop

chroot squashfs dpkg-query -W –showformat=’${Package} ${Version}\n’ > iso/casper/filesystem.manifest-desktop

chmod go-w iso/casper/filesystem.manifest-desktop

Compression du système squashfs:

cd squashfs

mksquashfs . ../iso/casper/filesystem.squashfs -info

cd ..

Et pour finir, la génération de l’iso:

cp squashfs/boot/vmlinuz-2.6* iso/casper/vmlinuz

cp squashfs/boot/initrd.img-2.6* iso/casper/initrd.gz

cd iso

bash -c « find . -path ./isolinux -prune -o -type f -not -name md5sum.txt -print0 | xargs -0 md5sum | tee md5sum.txt »

cd ..

mkisofs -r -V « Libre-Astux Live CD » -cache-inodes -J -l -b isolinux/isolinux.bin -c isolinux/boot.cat -no-emul-boot -boot-load-size 4 -boot-info-table -o libre-astux-live-cd-i386.iso iso

Vous voici à présent avec un Live-cd Ubuntu personnalisé. Je suis passé ici un petit peu vite sur la personnalisation de la distribution au niveau graphique car je ne m’y suis pas vraiment attardé. Je préciserai certainement ce point à la suite de billet lorsque j’y aurai regardé de plus près.

Ceux qui connaîtraient d’autres outils interressant concernant la récupération de données ou le test du matériel, n’hésitez pas à laisser ceux-ci en commentaire.


Ressources utilisées:

La documentation Ubuntu sur la personnalisation de live-cd

Documentation sur une personnalisation plus poussée (thèmes, grub, …)

Tags: , , , , , , , ,

Installer une imprimante partagée sur Linux et Windows

Il arrive de plus en plus souvent d’avoir chez soi une imprimante installée sur un PC sous un système Linux et de vouloir rendre cette imprimante accessible directement depuis les autres postes du réseau, que ces machines soient sous Linux ou Windows.

Voici donc la marche à suivre dans ces deux cas de figure pour installer l’imprimante sur les autres postes sans utiliser Samba.

Au niveau du serveur:

L‘imprimante doit être activée et partagée. Elle doit être accessible depuis cups.

On peut le vérifier via un navigateur web à l’adresse

http://localhost:631/

Dans l’onglet imprimante, nous pouvons voir les caractéristiques des différentes imprimantes installées.

Au niveau des postes clients:

Sous Linux:

Ouvrir le gestionnaire d’imprimante

Ajouter une imprimante

-> Imprimante réseau

-> Imprimante IPP

Mettre l’adresse IP du serveur sur lequel est branché l’imprimante

Cliquer sur détecter la file d’attente

Séléctionner votre imprimante

Puis terminer l’installation

Votre imprimante est à présent installée.

Si vous ne pouvez ajouter une nouvelle imprimante, vérifier que cups soit bien actif, sinon l’installer ou le relancer

Sous Windows:

Sous Windows la manipulation est légèrement plus complexe puisque l’on ne peut saisir directement une adresse IP comme serveur d’impression.

Il faut donc éditer le fichier hosts de Windows et y faire figurer notre serveur d’impression:

edit c:/windows/system32/drivers/etc/hosts

-> 192.168.0.200 printserv

Il faut ensuite ajouter une nouvelle imprimante via le panneau de configuration.

Choisir imprimante réseau puis saisir l’url de l’imprimante

-> http://printserv:631/printers/Nom-de-l’imprimante

Le nom de l’imprimante est visible sous cups sur le serveur d’impression.

Une fois cette imprimante sélectionnée, il faut choisir le pilote:

Generique -> MS publisher color printer

Et voici une imprimante réseau installée sur un poste Linux et accessible sur les différents postes du réseau.

Tags: , , , , , ,